L’

établissement de la Nichiren Shôshû débuta au Japon à la naissance de Nichiren Daishônin, le 16 février de la première année de Jô’ô (1222).

Renonçant à la vie séculière, Nichiren Daishônin entra dans la vie monacale bouddhiste. Le 28 avril de la cinquième année de Kenchô (1253), après une étude académique méthodique, minutieuse et complète du bouddhisme, Nichiren Daishônin — alors âgé de 32 ans — révéla sa réalisation ultime fondamentale, l’éveil à Nam Myôhôrengekyô, le Dharma et sagesse suprêmes du Bouddha originel de la source fondamentale du passé infini (jp. kuon-ganjô). Dès lors, sur la base de cette réalisation, il proclama l’établissement du Dharma merveilleux (le véritable bouddhisme).

 

Depuis sadéclaration, Nichiren Daishônin rencontra et endura de nombreuses oppressions et persécutions dont une atteinte à sa vie lors d’une nuit d’attaque à Kamakura, une tentative d’exécution à Tatsunokuchi et deux condamnations à l’exil. Sans aucune hésitation, il poursuivit la propagation de la grande Loi (Dharma) Nam Myôhôrengekyô. En même temps, utilisant toute son énergie et son attention, il instruisit ses disciples et ceux qui pratiquaient le Dharma merveilleux, leur enseignant, les encourageant et dirigeant correctement leur compréhension du Dharma.

Le 12 octobre de la deuxième année de Kôan (1279), le Daishônin inscrivit l’objet de vénération suprême (jp. dai-gohonzon) du grand sanctuaire de la Seule Doctrine Originelle, en faveur de la prospérité éternelle et du bonheur de toute l’humanité. Ensuite, il nomma Nikkô Shônin « Grand Maitre de la Propagation et Successeur légitime », lui conférant autorité à l’égard de son bouddhisme et du Dai-Gohonzon.

Nichiren Daishônin décéda paisiblement le 13 octobre de la cinquième année de Kôan (1282).

 

Après le décès de Nichiren Daishônin, Hagiri Sanenaga, le seigneur des terres de Minobu, se prit à agir sous des dispositions inattendues qui furent en totale opposition aux enseignements du Daishônin. Afin de protéger le bon Dharma et l’enseignement correct que Nichiren Daishônin, son maitre bien-aimé lui avait confié, Nikkô Shônin, second patriarche du Kuon-ji, le temple du mont Minobu, n’eut d’alternatives que de quitter cet endroit. Au printemps de la seconde année de Shô’ô (1289), accompagné par Nichimoku Shônin et par ses autres disciples, Nikkô Shônin quitta le mont Minobu, emportant avec lui le Dai-Gohonzon du grand sanctuaire de la Seule Doctrine Originelle (honmon) ainsi que les autres trésors sacrés qui appartenaient au Daishônin. L’année suivante, dans la troisième année de Shô’ô, en octobre, avec le soutien généreux et la protection de Nanjô Tokimitsu, le temple principal Taiseki-ji fut fondé au pied du mont Fuji à Ueno. À partir de cette période, depuis 750 ans, le Dharma merveilleux du bouddhisme de Nichiren Daishônin, Dharma du passé infini (jp. kuon-ganjô) a été rigoureusement protégé et correctement transmis à travers les âges, au Taiseki-ji, le temple principal de la Nichiren Shôshû. Aujourd’hui, tous les pratiquants de la Nichiren Shôshû du monde entier souhaitent, avec ferveur, faire un pèlerinage au temple principal. Ils viennent pratiquer au Taiseki-ji qui s’est développé en un grand dôjô (le lieu pour pratiquer le Dharma merveilleux) source du mouvement pour kôsen rufu du monde entier.

Nouvelle publication

Nouvelles publications

Le Bouddhisme de l’École Fuji n° 125

Sermon du Grand Patriarche sur le chapitre Durée de la vie

Enfin, la véritable signification de Nam Myôhôrengekyô  enseignée par Nikken Shônin

Visiter

Depuis le 18/09/2014