Vœux du nouvel an 2015

 

Mesdames et Messieurs, louons ensemble la nouvelle année.

Le 22 décembre de l’année dernière, grâce à la protection du Gohonzon, aux directives du Souverain du Dharma Nichinyo Shônin et à votre énergie, nous avons réalisé notre mission d’augmenter de 50% le nombre des membres de notre Hokkekô. Je vous adresse mes plus sincères félicitations.

Cette année également, je souhaite qu’ensemble nous déployions notre énergie pour la vaste propagation, sur la base de la récitation de Daimoku avec l’objectif de 40 personnes.

Cette année a été dénommée « Année de l'engagement vers 2021 ».

Puisque nous avons tant bien que mal accomplis la mission qui nous avait été confiée, nous devons à présent donner le coup d’envoi pour l’année 2021.

Par ailleurs, les trois thèmes de pratique de cette année pour les pratiquants d'outremer sont :

1.    Être la force motrice de shakubuku sur la base de Gongyô et de la récitation de Daimoku.

2.    Participer aux cérémonies de Okô en s'y invitant mutuellement.

3.    Former des personnes compétentes par la participation à Tozan.

Le premier thème consiste en « Gongyô et la récitation de Daimoku ». Il s’agit là de l’ascèse fondamentale de la pratique dans la Nichiren Shôshû.

La signification de ce thème est de mettre sérieusement en pratique l’ascèse fondamentale et déployer son énergie pour faire shakubuku, autrement dit effectuer sérieusement la pratique personnelle et la conversion d’autrui.

Ce mois-ci, comme les années précédentes, une heure de Daimoku par jour est organisée au Shingyôji. Je souhaite que vous veniez au temple autant que votre temps le permet, afin de nous efforcer ensemble dans cette pratique de la récitation de Daimoku. Si vous n’avez pas l’opportunité de venir au temple, je souhaite que vous effectuiez cette pratique d’une heure de Daimoku par jour chez vous.

En ce qui concerne les bienfaits de la récitation de Daimoku, Nichiren Daishônin les indique dans divers écrits. C’est en particulier le bienfait par lequel « nous, êtres ordinaires devenons Bouddha ».

Dans le Gosho, il écrit :

« Ces cinq caractères permettent aux êtres ordinaires de devenir Bouddhas » (Réponse à l’épouse d’Utsubusa).

Lorsque nous nous efforçons dans la récitation de Daimoku avec une foi correcte et sincère dans le Gohonzon, le « pouvoir du Bouddha » de Nichiren Daishônin et le « pouvoir du Dharma du Gohonzon », la « force de notre foi » dans le Gohonzon et notre « force de la pratique » de la récitation du Daimoku, ces quatre forces sont alors réunies et nous devenons Bouddha dès ce corps.

De plus, il est important de parler aux autres des bienfaits que nous avons obtenus. C’est ce qu’indique le premier thème de pratique.

Dans le Mushi Mochi Gosho, il est écrit :

« Le premier jour de l’année marque le début du mois, le début de l’année, les prémices du printemps. Celui qui le célèbre est supérieur en vertus et est aimé des autres, aussi certainement que la lune se lève à l’ouest et se dirige vers l’est, aussi clairement que le soleil se lève à l’est et se dirige vers l’ouest ».

Le premier jour de l’année est véritablement le début du jour, le début du mois, le début de l’année, le début du printemps. Considérer ce jour avec l’importance qu’il mérite revient à valoriser l’année entière. Aussi, commençons cette année avec une grande joie en récitant sérieusement Daimoku au cours de ce premier mois.

Je termine mes vœux pour la nouvelle année en priant du fond du cœur pour votre énergie et votre santé.

Nouvelles publications

Le Bouddhisme de l’École Fuji n° 125

Sermon du Grand Patriarche sur le chapitre Durée de la vie

Enfin, la véritable signification de Nam Myôhôrengekyô  enseignée par Nikken Shônin

Visiter

Depuis le 18/09/2014