Qu'est devenu Daisaku Ikeda ?

Le président d’honneur de la Soka Gakkai internationale n’est pas réapparu en public depuis le mois de mai 2010. Alors que courent des rumeurs d’une grave maladie, Madame A, infirmière de son métier, qui s’occupait du patient Ikeda jusqu’en 2014 parle.

 

Fauteuil roulant, difficultés d’élocution, difficultés de communication… Que ce passe-t-il dans cet hôpital sous haute sécurité ?

 

« Selon les journaux et les revues de la Soka Gakkai, Ikeda « sensei » est  en pleine forme et débordant d’activités. Or, alors que j’étais à son chevet il y a quelques mois, il ne pouvait pas marcher sans difficultés et avait du mal à lire, à écrire et à converser. Des équipes de médecins et d’infirmières se relayaient vingt-quatre heures sur vingt-quatre et un secrétaire posté dans la chambre surveillait son état qui laissait à penser qu’il pouvait se passer quelque chose à tout moment ».

 

Celle qui parle ainsi en s’exprimant d’une manière tendue est madame A, une infirmière travaillant au Nangen Center, un établissement médical lié à la Soka Gakkai, situé dans le quartier de Shinanomachi à Tokyo.

 

D’après Madame A, le président Ikeda (84) est toujours hospitalisé dans une chambre spéciale au 4ème et dernier étage de cet établissement. Seules quelques personnes concernées sont au courant de l’état de santé du président d’honneur. Elle-même a été affectée à ses soins pendant plusieurs mois.

 

« Sensei souffre d’infarctus cérébraux en deux endroits. Dans la mesure où il souffre déjà de diabète, des complications peuvent se produire. Ne pouvant se déplacer par ses propres moyens, il utilise un fauteuil roulant ».

 

C’est en 2013 que Madame A fut affectée aux soins de Daisaku Ikeda. A l’origine, le Nangen Center est un établissement médical où les employés de la Soka Gakkai affiliés à l’assurance maladie de la Soka Gakkai vont se faire ausculter. Du rez-de-chaussée au 3ème étage, il ne diffère en rien d’un autre hôpital.

 

« Il est certain que les employés du Nangen Center ignorent la présence au 4ème étage de Sensei. Moi-même, qui travaillait dans les étages inférieures ne pouvait pas l’imaginer, même en rêve ».

 

Sur ordre de l’infirmière en chef, Madame A se rendit au dernier étage de l’hôpital. A sa sortie de l’ascenseur, elle fut braquée de leur regard perçant par des gardes en uniforme. Tout en ressentant la lourdeur de l’atmosphère de l’étage tout entier, elle ouvrit la porte de la chambre et son odorat fut immédiatement envahi par une odeur d’Ikebana. Et puis, elle vit un vieillard amaigri allongé dans un grand lit.

 

« C’était Ikeda Sensei. Quelle ne fut pas ma surprise de voir devant moi l’homme que je respecte le plus. J’étais tellement heureuse de l’honneur qui m’était fait que mes larmes furent sur le point de couler.

 

A l’époque où je pris mon service à ses soins, il était encore en forme. Une fois ou deux par semaine, il sortait de sa chambre pour respirer l’air extérieur ».

 

Par la suite, l’état de santé de Daisaku Ikeda s’est aggravé au point où il ne fut même plus en mesure de sortir de sa chambre. Madame A raconte.

 

« Au début, en raison de son état de santé, Sensei avait des problèmes d’élocution. Il était parfois difficile de comprendre ce qu’il disait. Pour autant, il pouvait tenir une conversation. Lorsque des dirigeants venaient lui rendre visite, il leur parlait de diverses choses. Il pouvait également manger seul. Il regardait la grande télévision installée dans la chambre ou lisait.

 

Je pense qu’il a été capable de monter sur la terrasse ou de lire et écrire jusqu’en janvier de l’année dernière (2013). En raison de son grand âge et de ses infarctus cérébraux, des symptômes de démence se sont développés ».

 

Un incident s’est produit dans la chambre de Daisaku Ikeda avant le grand séisme de l’est du Japon.

 

« La chambre était décorée des écrits de Sensei et des photos prises avec les célébrités de ce monde. Au début du mois de février, alors qu’il était assis sur son fauteuil roulant,  il se mit à crier d’une voix étrange et  a commencé à jeter ses écrits et ses photos. Affolés, le secrétaire et les infirmières l’ont maîtrisé.

 

Par la suite, il s’avéra dangereux de laisser des choses à sa portée et tous les objets de décoration furent évités. Risquant de briser ses propres lunettes, elles lui furent confisquées ».

 

Au mois de mars, l’état de santé de Daisaku Ikeda s’aggravait

 

« Il y avait des jours où il ne reconnaissait plus son entourage. Il avait parfois du mal à communiquer avec ses visiteurs ou les infirmières ».

 

Ses autres capacités s’amenuisaient de jour en jour

 

Il commença à avoir des difficultés à mastiquer au point où il ne put plus se nourrir convenablement. Le personnel soignant craignait qu’il s’étrangle en avalant. Les cas de personnes âgées décédant à la suite d’une pneumonie par aspiration sont en effet nombreux. Il fut dès lors alimenté trois fois par jour en nutriments à l’aide d’une sonde placée dans le cou.

 

Lorsqu’on ne peut plus manger par voie orale, on maigrit rapidement. Par rapport aux photos que vous connaissez, Sensei a perdu plus de dix kilos. Il n’est plus rien de ce qu’il était lorsqu’il était en bonne santé. L’éclat de son visage a disparu et ses joues sont creuses ».

 

Pour quelle raison, Madame A, membre fervente de la Soka Gakkai a-t-elle décidé de révéler l’état de santé de Daisaku Ikeda ?

 

« Je suis devenue membre de la Soka Gakkai par affection pour Ikeda Sensei. Mon respect pour lui n’a pas varié.

 

Lorsque j’ai commencé mon service de soins à son chevet, il était encore en forme. Pour moi, c’était un « Dieu ». Or, à force de m’occuper de lui, je me suis rendu compte que même lui était un homme qui un jour allait mourir.

 

A nous, les membres qui nous inquiétons de sa santé, les dirigeants ne font que dire « Sensei va bien ». Cependant, cette attitude ressemble à de la tromperie vis-à-vis des membres et à un sacrilège vis-à-vis de Sensei.

 

Je pense qu’il est temps d’informer les membres de base de l’état de santé de Sensei afin que tous puissent pratiquer pour lui. Telle est la raison pour laquelle j’ai décidé de parler ».

 

Tout en soignant un Daisaku Ikeda s’affaiblissant de jour en jour, des jours d’amertume se suivirent pour madame A.

 

« Près de la chambre, il y avait une salle de bain en marbre dans laquelle il entrait souvent auparavant. Quand il ne fut plus en capacité de l’utiliser, on utilisa alors une baignoire pour les soins dans laquelle on pouvait pénétrer avec le fauteuil roulant, située à côté de la baignoire en marbre. Quatre ou cinq personnes étaient nécessaires pour lui faire prendre son bain. Lorsque j’étais en fonction, c’était deux fois par semaine.

 

Les infirmières changeaient les couches et les personnes de grade plus élevé lavaient le visage de Sensei vêtu d’une chemise d’hôpital ».

 

Le personnel soignant travaillant à l’étage de Daisaku Ikeda étaient au nombre de trois dans la journée et de deux la nuit, se relayant vingt-quatre heures sur vingt-quatre. Il y avait également trois gardes dans la salle des gardes, un devant l’ascenseur et un devant la chambre de Daisaku Ikeda. Dans cette dernière, une caméra de surveillance vérifiable depuis la salle des infirmières était placée non loin du secrétaire.

 

L’escalier est doté d’une porte coupe-feu normalement fermée à clef. Pour cette raison, on ne peut monter à l’étage ou en descendre que par l’ascenseur. A la sortie de l’ascenseur, les gardes en faction surveillent les entrées et les sorties.

 

« Ce qui m’a d’abord surprise, c’est l’atmosphère à la fois lourde et pompeuse qui régnait au dernier étage. Les gardes étaient membres de la garde rapprochée, très athlétiques, maitrisant certainement un ou plusieurs sports de combat à mains nues. Leur regard était glaçant et ils ne nous quittaient pas des yeux, même nous qui travaillions au quotidien. Les étages inférieurs étaient gardés par des membres de Kinjôkai ».

 

A quoi correspondent la garde rapprochée ou Kinjôkai ? Selon les familiers de la Soka Gakkai :

 

« La garde rapprochée est le corps formé de l’élite des gardes et protège directement le président Ikeda. Kinjôkai est constitué de ceintures noires de Judo ou d’Aikido venus de tout le pays. Leur principale activité est également la protection de Daisaku Ikeda ».

 

Non seulement l’organisation des gardes du corps était tenue secrète, la construction de la chambre avait aussi ses secrets.

 

« La chambre de Sensei mesure environ  7 mètres de longs sur 5 mètres de large. Le mur de couleur blanche est en acier. On m’a expliqué que « même à une mitrailleuse  n’en viendrait pas à bout ». On m’a également dit que la fenêtre de la chambre est à l’épreuve des balles ».

 

Il s’agit d’une solidité digne d’installations militaires. Par contre, dès qu’on pénètre dans la chambre, on se trouve devant une pièce de style occidental très élégante.

 

Dans sa chambre, Sensei dispose d’un grand lit. Les draps, le dessus de lit, l’oreiller ont tous des motifs de dessin cachemire couleur or. A côté du lit, il y a une chaise et une table. Lorsqu’il se sentait bien, il s’y installait souvent et composait des poèmes.

 

Il y avait également un ameublement composé d’une table, d’un sofa et de deux chaises pour recevoir les visiteurs.

 

Un tapis était étalé dans la chambre. On m’a dit « c’est le même que celui du palais de Buckingham ». C’est complètement différent des chambres d’hôpital habituelles. On dirait tout-à-fait la chambre d’une maison de style occidental comme on en trouve à l’étranger ».

 

Une imposante télévision, ses écrits et ses photos étaient alignés sur une étagère. Des fleurs de toutes sortes étaient disposées dans un vase.

 

Madame Kaneko (son épouse) venait plusieurs fois par semaine et changeait les fleurs. Lorsqu’elle montait au dernier étage par l’ascenseur, les gardes et le personnel médical l’accueillaient au garde à vous. En général, elle ne restait pas longtemps. Une heure tout au plus avent de rentrer chez elle ».

 

Une règle importante était imposée dans la chambre de Daisaku Ikeda

 

« La première chose qu’on m’a dite est de ne pas éteindre la lumière de la chambre. Si la lumière est éteinte, Sensei ne peut pas dormir. Il inversait souvent le jour et la nuit et dormait la journée. Plusieurs dizaines de lampes fluorescentes ont été installées ».

 

Les journaux et revues de Soka Gakkai publient des messages de Daisaku Ikeda et font état de rencontres et de discussions avec des personnages importants. D’après Madame A, son état ne lui permet absolument pas de faire de telles activités.

 

Fin de citation (traduit d'après un article de l'hebdomadaire "Shukan Bunshun" paru le 27/10/2011).

 

Loin de moi l’idée de faire du voyeurisme ou des comparaisons, d’avoir le moindre sentiment négatif ou de revanche envers quelqu’un qui souffre. Si j’ai pris le temps de traduire cet article, c’est que comme le mari trompé de la farce, les membres de la Soka Gakkai sont toujours les derniers informés de ce qui se passe et qu’il me semble bon de les prévenir que lorsqu’on les informera un jour, peut-être bien longtemps après, que Daisaku Ikeda est décédé et qu’il présentait l’aspect de la bouddhéité, ce sera faux.

 

Daisaku Ikeda a détourné des millions de croyants des trois trésors de la Nichiren Shôshû, s’opposant ainsi à la volonté de son prédécesseur, Josei Toda et commettant la plus grave des offenses à la Loi : la destruction de la congrégation. Malheureusement son sort est scellé.

 

Dans un de ses peut-être derniers moments de lucidité, en 1993, après son excommunication, il a affirmé rester toujours fidèle au Dai Gohonzon inscrit par Nichiren Daishônin le 12 octobre 1279. Or le nouveau président de la Soka Gakkai, Minoru Harada n’a-t-il pas proclamé en février 2015 que désormais la Soka Gakkai se séparait du Dai Gohonzon et déterminerait elle-même son objet de vénération ? N’est-ce pas là une autre déviation, commise celle-là vis-à-vis de Daisaku Ikeda lui-même, désormais incapable de diriger l’organisation ?

 

Commentaires: 16 (Discussion fermée)
  • #1

    Cirimax (mercredi, 01 juillet 2015 08:45)

    C'est impressionnant en effet même si, vu de France, on se doute que l'absence médiatique de Daisaku Ikeda n'est pas naturelle.
    Mais apparemment dans la SG, c'est le silence sur le sujet......tout va bien...nous avons de nombreux bienfaits.....
    Quant à nous dans la Nichiren Shoshû nous ne pouvons qu'être attristés devant un tel dénouement et devant tant de souffrances...et de non-dits....

  • #2

    Cirimax (mercredi, 01 juillet 2015 15:19)

    Je re-poste pour préciser que concernant la conclusion du texte sur Minoru Harada, le reniement du Dai-Gohonzon était l'objectif initial de Daisaku Ikeda et que Monsieur Harada n'en a été que l'exécuteur "testamentaire"...Je pense donc qu'il ne s'agit pas d'une déviation des pensées d'Ikeda, ce qui pourrait laisser supposer qu'Ikeda était innocent sur ce point. Le reniement du Dai-gohonzon est bien l'oeuvre de Daisaku Ikeda.

  • #3

    Boddhisatva sorti de la terre de Soka (dimanche, 05 juillet 2015 14:13)

    Comment pouvez-vous publier de tels mensonges éhontés...!
    C'est malheureusement devenu une seconde nature, voire une première, pour la Nikken Shu et ceux qui y adhèrent...
    C'est vraiment lamentable...!
    Sensei va très bien malgré son grand âge... Qu'en est-il de Nikken pas shonin du tout...?
    Le roi démon du 6ème ciel ne recule décidément devant rien pour ternir l'image du grand maître de Kosen Rufu qu'est Daisaku Ikeda...
    En publiant de telles calomnies, vous creusez un peu plus votre tombe et dévoilez encore davantage votre nature démoniaque totalement dépravée...!
    Vous êtes les "Devadatta" des temps modernes et vos paroles et actions resteront à jamais gravées comme telles dans l'histoire du bouddhisme pour l'éternité afin de mettre en garde les générations à venir contre les agissements des esclaves du roi démon du sixième ciel...!

  • #4

    Cirimax (dimanche, 05 juillet 2015 20:09)

    @Boddhisatva sorti de la terre Soka

    Bonjour Monsieur,
    Vous parlez de mensonges mais il serait éminemment souhaitable de le démontrer car, comment pouvez-vous expliquer que monsieur Ikeda soit invisible médiatiquement parlant toutes ces dernières années ?
    Aucun document photographique n'est à ce jour disponible et quand à certains moments, certaines photos ont fuité, le montrent très vieilli, ou tout du moins avec un physique inhabituel voire souffrant, ces photos ont disparu immédiatement du Web.
    D'autre part, si vous tapez "Daisaku Ikeda 2014" sur Internet par exemple, vous vous retrouvez avec des photos de lui avec Arnold Toynbee dans les années 70 par exemple....ou des photos des années 80, alors de quoi parle-t-on ?
    Il est regrettable que vous voyez là des calomnies. Il s'agit d'un fait réel. C'est tout.
    Par contre, le Grand patriarche Nikken Shônin lui, est visible de tous et est en excellente santé. En tout cas, il n'est pas caché et participe activement à toutes les cérémonies religieuses de notre école et cela tant que sa santé le lui permettra.
    Donc, cet article, je pense, a été publié car de nombreuses personnes dans la Soka Gakkai se posent des questions quant au fait de ne jamais voir leur maître.
    Il ne s'agit pas là de mentir ou quoi que ce soit d'autre, il s'agit de savoir si on veut être éclairé ou pas quant à ce qui est le centre de votre organisation.
    Cependant vous ne m'enlèverez pas de l'idée que les souffrances de Monsieur Ikeda ne peuvent qu'être prises en pitié et en compassion et qu'en refusant de voir la situation actuelle cela revient à ignorer ses douleurs.
    C'est comme, d'une certaine manière, l'abandonner que de refuser de savoir ce qu'il est devenu.
    Si vous vous dites ses disciples, la première chose serait de lui venir en aide par exemple.
    Et j'ajouterais pour finir qu'une personne ayant pratiqué toute sa vie honnêtement ne peut en aucun cas devenir la proie des démons dans un tel naufrage enveloppé d'un silence aussi assourdissant.

    Personnellement, je ressens beaucoup de peine au sujet de monsieur Ikeda...et vous croyez que nous nous réjouissons ?...

    La vraie foi bouddhique ne mène pas à ça. Elle mène à l'éveil. En une vie.
    Sur ce point là, vous devez vous interroger et très sérieusement.

  • #5

    Bodhisattva sorti de la terre Soka (lundi, 06 juillet 2015)

    Monsieur Cirimax,
    Vous semblez bien sûr de vous pour quelqu'un qui ne fait pas ou plus partie de la Soka Gakkai...
    Je peux vous assurer qu'en tant que membre actif de ce mouvement, j'ai régulièrement de ses nouvelles et un de mes camarades l'a vu à Tokyo récemment...
    Alors évidemment, il a 87 ans et n'est plus aussi en forme qu'avant mais pour un homme de son âge, on peut dire qu'il se porte très bien...
    Sachez que des photos récentes sont publiées régulièrement dans le Seikyo Shimbun et qu'il n'y a aucun secret comme vous le prétendez sur son état de santé et que ce faux témoignage apporté par une soit-disante infirmière n'est que pure invention et diffamation de votre part comme tous les autres faux témoignages du même genre que vous propagez depuis de nombreuses années maintenant...
    Le clergé de la Nikken Shu est vraiment tombé bien bas pour en arriver à inventer ce genre de fable qui ne trompe que ses adeptes incrédules...!
    Le président Ikeda a décidé en 2008, à l'âge de 80 ans, de se "retirer" ou du moins de ne plus être aussi actif qu'auparavant et de confier la présidence à M. Harada comme vous le savez...
    Il n'y a donc aucun mystère à ce qu'il ne soit presque plus présent en public...
    Quand à son état de vie dans les dernières années de sa vie, je ne me fais aucun souci pour lui...
    Il a consacré toute sa vie à propager l'enseignement de Nichiren Daishonin dans le monde entier et son état de vie est toujours incroyablement élevé...
    Si cela devait être le contraire, tous les bouddhas de l'univers seraient de grands menteurs, comme nous le dit le Daishonin dans le Gosho...
    Par contre, au vu des actes d'opposition à la loi sans précédents de l'ancien grand patriarche Nikken ainsi que de ceux qui l'ont soutenu, si j'étais à votre place, je me ferais bien plus de soucis pour lui que pour Ikeda Sensei qui continue à écrire de nombreux encouragements aux membres du monde entier avec l'état de vie le plus élevé qui soit, celui d'un roi lion qui n'a jamais reculé pour accomplir la volonté du Bouddha fondamental...
    On ne peut pas en dire autant du clergé de la Nikken Shu qui passe son temps à mentir et à trouver de fausses accusations plus sordides les unes que les autres pour calomnier leur grand bienfaiteur sans lequel ils n'existeraient sûrement plus aujourd'hui : la Soka Gakkai... Le seul grand rassemblement de boddhisatvas sortis de la terre ayant répondu au grand vœu du Bouddha fondamental pendant que les moines de la Nikken Shu dilapidaient les offrandes sincères des membres pour satisfaire leurs propres désirs égoïstes personnels insatiables...
    Quand allez-vous ouvrir les yeux et cesser de vous laisser duper de la sorte...?
    Je vous encourage à relire le Gosho, de préférence une version non "censurée" par la Nikken Shu pour bien discerner le vrai du faux, les imposteurs des disciples authentiques du Bouddha fondamental...
    Bonne lecture et bonne ouverture des yeux...!

  • #6

    Cirimax (lundi, 06 juillet 2015 12:22)

    @Bodhisattva sorti de la terre Soka

    Bonjour Monsieur,
    J'ai bien lu votre point de vue.
    Je vous propose donc d'interrompre ici même ce "dialogue"....
    C.

  • #7

    Bodhisattva sorti de la terre de Soka (lundi, 06 juillet 2015 13:23)

    Entendu M. Cirimax,
    Merci d'avoir pris la peine de lire mes commentaires...
    Je suis bien content d'avoir pu vous éclairer sur la situation et d'avoir été en mesure de pouvoir dénoncer ces fausses accusations...
    Nam Myoho Renge Kyo
    Christophe

  • #8

    Hélène (samedi, 12 septembre 2015 11:52)

    Je ne suis pas étonnée!! votre méthode est manque cruellement d'honnêteté! beaucoup d'intox!! à Ecole Fuji! vos articles sans fondements ressemblent à de la presse à scandales, à people!! aucune crédibilité!! je suis navrée de penser que des personnes vous suivent. qu'elles se renseignent elle-mêmes, qu'elles fassent leur propre recherche que de lire vos bêtises!! elles seront surprise de voir comment vous déformés les écrits et la mission de la soka gakkai. Mr Ikeda va bien , âgé,certes mais il a la forme de son âge! il vit avec humilité! Je vous recommande vivement de lire "Réveiller le Bouddha" un livre écrit par Clark Strand, qui n'est pas membre de la soka gakkai;un travail écrit en toute indépendance; j'encourage toutes les personnes qui suivent votre mouvement à le lire et à se faire leur propre opinion sur la soka gakkai! cordialement.

  • #9

    ERIC PELA ONDOBO (lundi, 26 octobre 2015 12:03)

    Je suis émerveillé par cette (autre) campagne de calomnie à l'endroit de Sensei IKEDA et de la Soka Gakkai. Le 04 septembre 2015 derniers, alors en voyage d'étude de la jeunesse au Japon, j'ai eu le bonheur de rencontré Sensei. Un homme rayonnant, captivant, énergique, qui inspire la grandeur de la vie... Sensei est venu à la rencontre des 250 jeunes venus de plus de 60 pays dans le monde. Et avec Sensei nous avons célébré la victoire Soka de kosen rufu. Je vis au Cameroun dans les tréfonds de la foret équatoriale, et c'est grâce à Daisaku IKEDA que nous pratiquons ce bouddhisme. Que je le confirme, la pratique de Nam Myoho Renge Kyo depuis 17 ans m'a permis de transformer positivement ma vie et celle de mon entourage.
    Sensei dit dans « Apprendre des écrits de Nichiren : Des enseignements pour la victoire » paru en janvier 2015, que : « Quand Nichiren a écrit « Puisque la compassion de Nichiren est vraiment grande et capable de tout inclure », il devait avoir à l’esprit l’émergence d’un réseau toujours plus grand de personnes qui se consacrent à pratiquer la Loi Merveilleuse. Ces bodhisattvas sortis de la terre qui, en tant que successeurs, possèdent « le même esprit que Nichiren » et sont animés par la passion du grand vœu de kosen rufu, devraient mener les êtres humains de ce monde saha à l’illumination.
    Aujourd’hui, au Japon et dans le monde entier, qui propage la Loi merveilleuse avec persévérance et confiance ? Qui accomplit le noble vœu du Bouddha avec une grande compassion capable de tout inclure, le cœur plein de fierté et animé du sens de la mission en tant qu’émissaire du Bouddha ? Qui émerge courageusement dans le grand océan en encourageant ceux qui sont accablés par la souffrance ? Et qui aide les êtres humains les uns après les autres à s’extraire des profondeurs du désespoir, à acquérir vitalité et fraicheur, et à mener des vies pleines d’espoir ? C’est tout simplement les pratiquants de la SGI.
    C’est vous, et personne d’autre, qui avez concrétisé cette déclaration de Nichiren : « Maintenant, quand Nichiren récite Nam Myoho Renge Kyo, il permet à tous les êtres vivants d’atteindre la bouddhéité dans les 10 000 ans de l’époque de la Fin de la Loi ».
    Le plus important aujourd’hui encore reste le nombre de personne à qui nous auront apporté le sourire et l'envie de continuer à se battre pour créer les conditions de leur bonheur. Merci.

  • #10

    MYO CONGO (dimanche, 20 décembre 2015 15:23)

    Salut les gars!

  • #11

    MARTA (samedi, 09 janvier 2016 07:58)

    Il me semble que monsieur Ikeda a les moyens de se faire soigner à domicile avec mes moyens les plus performants. C'est pourquoi ce témoignage me parait plus que douteux !
    Ça ressemble à un mauvais polar.
    Quelle preuve avons nous ?

  • #12

    TAHO (vendredi, 03 juin 2016 16:17)

    Bonjour à toutes et à tous.

    Les trois preuves selon NICHIREN DAÏSHONIN : litterale,theorique, et par les faits.Il dit que la preuve par les faits est la plus importante des trois preuves pour montrer la veracité d'une religion.

    Pendant la 2eme guerre mondiale , le gouvernement militariste japonais a imposé le Shintoïsme comme religion d'Etat pour que le Japon remporte la guerre.On obligeais tous les japonais à adopter le Kamifuda,l'objet de culte du Shintoïsme.
    Quelle etaient l'attitude des moines de la Nichiren Shoshu à cette epoque vis à vis de la decision du gouvernement?
    Ces moines ont accepté de se soumettre aux exigences du gouvernement.
    Seule la SOKA GAKKAÏ a refusé de polluer les ENSEIGNEMENTS DE NICHIREN DAÏSHONIN,à travers les actions de ses fondateurs MAKIGUCHI ET TODA qui se sont opposés à la decision du gouvernement millitariste.
    MAKIGUCHI et TODA ont été emprisonnés du fait qu'ils ont refuser d'adopter le kamifuda,l'objet de culte du shintoïsme. MAKIGUCHI est mort en martyr en prison du fait de sa conviction religieuse,il a conservé l'orthodoxie du BOUDDHISME DE NICHIREN DAÏSHONIN.À sortie de prison après la fin de la guerre,le disciple TODA jura sur sa vie de repandre largement le BOUDDHISME ORTHODOXE DE NICHIREN DAÏSHONIN au Japon et dans le monde conformement au voeu du BOUDDHA.Grâce au soutient de son disciple IKEDA,TODA realise son objectif.
    Où étaient les autres ecoles bouddhiques qui se reclament être les vrais disciples du DAÏSHONIN?

    NICHIREN DAÏSHONIN a confié KOSEN RUFU à NIKKO SHONIN.
    En nous basant sur les faits,nous pouvons affirmer que LE DAÏSHONIN a confié ,à notre époque actuelle , KOSEN RUFU à la SOKA GAKKAÏ INTERNATIONAL. Et cela peut se voir à travers les actions de MAKIGUCHI ,TODA ET IKEDA.
    Sans la SOKA GAKKAÏ LE BOUDDHA serais un menteur car il a prédit qu'à l'epoque de la fin de la Loi le monde entier va reciter NAM MYOHO RENGUE KYO.

  • #13

    Ljiljana (mardi, 21 juin 2016 20:06)

    We have here yet onother very sensitiv member of Soka Gakkai? "Bodhisattva sorti de la terre de Soka" why are you so nervous? Soka Gakkai is ok, but it seems that it is NOT Nichiren Daishonin Buddhism. You denied Dai Gohonzon already. Why are you talking about this Buddhism? You dont care about it really. You are craving for power. You are ideology. You denied that Nichiren Buddhism is religion. You are talking exclusively of the Law. This is Law, not religion, you say. Well.....I am sorry, but Nichiren Daishonin Buddhism IS RELIGION. True, truthful religion, religion that finaly speaks TRUTH. Well, I understand speaking that this Buddhism is not another religion may attract many people, and you want to be as massive as posible. But, you just dont speak the truth to the people. So wrong. And this question about not speaking truth about what happened to President of your Organisation Ikeda, is just on the line of everything else that have been happening within. Soka Gakkai just use Nichiren Daishonin Buddhism for its own purpose. Which is not Buddhism at all.

  • #14

    Isabelle Kolitcheff (lundi, 27 juin 2016 08:07)

    Est-il possible d'avoir les sources exactes de cet article sur la santé d'Ikeda. Car voici que me répond un pratiquant de la Gakkaï proche du staff : "En fait je n’ai pas eu le temps de te répondre depuis ton message sur la santé de Daisaku Ikeda. J’ai lu en diagonale, pour être franc, le papier dont les sources sont en effet peu sures… En tous cas, s’il est certain que mon maître est très âgé, il écrit encore beaucoup, j’ai vu des photos de la cérémonie du 1er janvier où il faisait Gongyo avec ses proches, et surtout j’ai des amis qui sont allés au Daisedo il y a 2 mois et qui l’ont vu, il était dans sa voiture avec sa femme, et il souriait.
    Alors bon…. je crois davantage mes amis !

  • #15

    Gérard Purec (mardi, 28 juin 2016 23:58)

    Il s'agit de l'hebdomadaire "Shukan Bunshun du 27 octobre 2011
    『週刊文春』2011年10月27日号

  • #16

    Louise (mercredi, 14 septembre 2016 11:47)

    D'accord aux membres qui disent l'avoir vu en forme, mais alors pourquoi aucune photo sur le site de Daisaku Ikeda depuis 2009 ? Quand on sait le nombre de photographes que compte Gakkai....
    Vérifiez par vous-mêmes, les photos des années 2000 s'arrêtent à 2009...http://www.daisakuikeda.org/main/profile/album/

Nouvelles publications

Enfin, la véritable signification de Nam Myôhôrengekyô  enseignée par Nikken Shônin

Visiter

Depuis le 18/09/2014