Comment la Sôka Gakkai a détruit les trois trésors du bouddhisme

Introduction

La Sôka Gakkai fut fondée le 18 novembre 1930 par Tunesaburô Makiguchi. Auparavant, en juin 1928, Monsieur Makiguchi et Jôsei Toda, qui allait devenir le 2ème président de cette organisation, avaient été convertis à l’enseignement de Nichiren Daishônin par Monsieur Sôkei Mitani, un membre du Hokkekô de la Nichiren Shôshû.

 

A sa fondation, l’organisation s’appelait « Sôka Kyôiku Gakkai » où « Société pour une éducation créatrice de valeurs ». Le 6 juillet 1943, Messieurs Toda et Makiguchi furent arrêtés pour violation de la loi de préservation de la paix (loi inique et liberticide qui entre sa promulgation en 1925 et son abrogation en 1945 a été la cause de l’arrestation de plus de 70 000 personnes en vertu de ses dispositions) et crime de lèse-majesté.

 

En mars 1946, après la mort de Monsieur Makiguchi survenue le 18 novembre 1944 pendant sa détention, Jôsei Tôda renomma l’organisation en « Sôka Gakkai », ou « Société créatrice de valeurs ». Le 3 mai 1951, Monsieur Toda, jusqu’alors administrateur de la Sôka Gakkai en devint le 2ème président.

 

Le 18 décembre de la même année, alors que la Sôka Gakkai était sur le point de s’établir en tant qu’organisation religieuse dans le but de « protéger le temple principal de l’extérieur » et « faciliter la propagation de l’enseignement », Jôsei Toda fut invité par l’administration de la Nichiren Shôshû à faire Tozan au Taisekiji, son temple principal. Il s’engagea à ce moment à respecter les trois conditions exigées par la Nichiren Shôshû pour s’établir en tant qu’organisation religieuse indépendante :

  1. Les personnes converties devront toutes être reliées à un temple local de la Nichiren Shôshû, en tant que fidèles de ce temple.
  2. La Sôka Gakkai et ses membres devront se conformer aux enseignements diffusés par la Nichiren Shôshû.
  3. La Sôka Gakkai et ses membres devront protéger les trois trésors (Bouddha, Dharma et Moines).

Le 27 août 1952, la Sôka Gakkai fut reconnue comme organisation religieuse par le gouverneur de Tôkyô.

 

Le 29 janvier 1956, à l’occasion de l’annonce de la retraite de la charge de Grand Patriarche par Nisshô Shônin, Jôsei Toda publia un article intitulé « Instaurez le grand esprit des croyants » dans le Seikyô Shinbun, organe officiel de la Sôka Gakkai, dans lequel il déclara :

« Depuis l’époque du 1er président Makiguchi, le grand esprit  de la Sôka Gakkai a été de ne se mêler en rien de ce qui concerne le siège de Souverain du Dharma. Cet esprit perdurera dans le futur. Toute personne, fut-elle grand dirigeant qui y contreviendra sera expulsée sur le champ ».

 

Le 10 août de la même année, à l’occasion de la cérémonie d’enchâssement du Gohonzon du temple Myôdenji de la préfecture d’Okayama, Jôsei Toda s’adressa ainsi au 65ème Grand Patriarche Nichijun Shônin :

« Dans l’avenir, si la Sôka Gakkai s’étant développée, exerce des pressions sur la Nichiren Shôshû ou interfère dans ses affaires internes, veuillez à tout moment donner l’ordre de la dissoudre ».

Le 30 mars 1958, Jôsei Toda fut nommé représentant général (sôkôtô) du Hokkekô (nom donné par Nichiren Daishônin aux pratiquants laïcs).

 

Le 2 avril de la même année, Monsieur Jôsei Toda décédait.

 

Le 3 mai 1960, Monsieur Daisaku Ikeda fut nommé 3ème président de la Sôka Gakkai.

 

Le 1er avril 1964, il fut nommé Sôkôtô du Hokkekô.

 

Du 11 au 17 octobre 1972 eut lieu la grande cérémonie d’inauguration du Shôhondô.

C’est à partir de ce moment que tournant le dos à l’esprit et aux directives des fondateurs de la Sôka Gakkai, en particulier de Jôsei Toda dont il se prétendait le disciple, Monsieur Ikeda entrepris insidieusement des déviations destinées à détourner la foi des membres de la Sôka Gakkai jusque là tournée vers les trois trésors à son propre profit.

 

Pour cela, il mit dès le 12 avril 1974 un « plan de contrôle de la Nichiren Shôshû » relaté dans un rapport signé de Messieurs Masatomo Yamazaki (administrateur adjoint et conseiller juridique de la Sôka Gakkai) et Yorio Yahiro (avocat et vice président de la Sôka Gakkai)  intitulé "au sujet du temple principal". On peut y lire : « Dans la mesure où de toute façon il faudra un jour couper tout lien avec le temple principal, il convient soit de couper cette relation sans que la Sôka Gakkai en subisse les conséquences, soit commencer dès à présent le travail de prise de contrôle du temple principal à long terme afin d’affermir nos arrières ».

 

Le 10 mai et le 18 juin de la même année, deux rapports signés de Monsieur Hiroshi Hôjô (vice président et administrateur de la Sôka Gakkai, puis 4ème président) intitulés respectivement "au sujet du temple principal" et "au sujet de la Nichiren Shôshû" furent présentés à Daisaku Ikeda. Il y était écrit notamment : « En considérant les choses à long terme, je pense qu’il n’y a pas d’autre solution que de se séparer de manière habile » ou encore « lorsque le moment sera venu, je pense qu’il faudra livrer radicalement bataille (contre la Nichiren Shôshû) ». Les buts étaient clairs : soit prendre le contrôle de la Nichiren Shôshû, soit s’en séparer.

 

Les déviations doctrinales de Daisaku Ikeda furent ouvertement affirmées le 15 janvier 1977 lors de la 9ème réunion générale du département d’étude de la Sôka Gakkai au cours de laquelle il foula au pied les trois trésors par ses déclarations :

  1. L’éveil du président Toda est le point de départ du bouddhisme Sôka
  2. Étant directement reliés à Nichiren Daishônin, la transmission vitale et les maîtres intermédiaires sont inutiles
  3. La « Révolution humaine » est le Gosho des temps modernes

  4. Il faut prendre refuge dans le président, maître éternel, grand guide de la propagation de la doctrine originelle, doté des trois vertus de souverain, maître et parents

  5. Confusion entre les temples et les kaikan (bâtiments de la Sôka Gakkai), montrant ainsi son mépris des temples

  6. Complaisance à l’égard des offenses au Dharma
  7. Les laïcs aussi ont le droit de percevoir des offrandes
  8. Théorie de Sôka Gakkai trésor des moines.          

 

Le 9 février 1978, Nittatsu Shônin dénonça les déviations doctrinales de la Sôka Gakkai.

 

Le 29 juin, lors de la réunion de directives aux moines professeurs, la Nichiren Shôshû rendit publique ces déviations.

 

Le lendemain, la Sôka Gakkai publiait ces corrections sous le titre « problèmes fondamentaux du point de vue de l’étude ».

 

Le 28 septembre de la même année, la Sôka Gakkai déposait au temple Daisenji de Tokyo, 7 faux Gohonzon en bois, de sa propre fabrication, dont l’un avait été enchâssé au centre Européen de Trets en France.

 

Le 7 novembre, Daisaku Ikeda et 2000 dirigeants de la Sôka Gakkai firent un « Tozan d’excuses » au cours duquel  Monsieur Ikeda promit devant le Dai Gohonzon de ne « plus jamais recommencer ces erreurs dues à son manque de foi ». Prenant la responsabilité des déviations de la Sôka Gakkai, il démissionna de la présidence le 24 avril 1979. Le 3 mai, Nittatsu Shônin annonça comme officiellement close l’affaire des déviations de la Sôka Gakkai sur la base des excuses "sincères" de Daisaku Ikeda.

 

Le jour du décès de Nittatsu Shônin survenu le 22 juillet 1979, Nikken Shônin accéda à la charge de 67ème Grand Patriarche de la Nichiren Shôshû. Le 26 novembre, lors du Tozan commémoratif du 50ème anniversaire de la création de la Sôka Gakkai, il souligna de nouveau les erreurs commises par la Sôka Gakkai et donna de sévères directives pour que cette situation ne se reproduise plus, en particulier sur la relation entre les moines et les laïcs et entre les deux organisations, le concept du leader central et l’attitude fondamentale à avoir dans l’étude de la doctrine.

 

Le 2 janvier 1984, Daisaku Ikeda fut de nouveau nommé Sôkôtô du Hokkekô. Toutefois, lors de la réunion de liaison des dirigeants de la Sôka Gakkai et de la Nichiren Shôshû du 17 juillet 1990, de virulentes critiques furent formulée à l’encontre du Grand Patriarche et de la Nichiren Shôshû et les responsables de la Sôka Gakkai quittèrent la réunion.

 

A partir de ce moment, les critiques émises par les dirigeants de la Sôka Gakkai à l’encontre de la Nichiren Shôshû se firent de plus en plus violentes : on traita les moines de voleurs des fidèles, on demanda la démission du Grand Patriarche, des campagnes de dénigrements furent publiées dans le Seikyô Shinbun. Le point culminant de cette période fut le fameux discours de Daisaku Ikeda du 16 novembre 1990 lors de la 35ème réunion des responsables de centres où il proféra publiquement des paroles de mépris envers Nikken Shônin et les moines de la Nichiren Shôshû. Le ton monta ainsi jusqu’à ce que la Nichiren Shôshû prononce l’excommunication de la Sôka Gakkai le 28 novembre 1991, puis celle de Daisaku Ikeda, le 11 août 1992.

 

Par la suite, la Sôka Gakkai commença à fabriquer de faux Gohonzon à partir du 7 septembre 1993 et à les vendre à partir du 1er octobre. La base de ces contrefaçons est un Gohonzon inscrit par Nichikan Shônin le 13 juin 1720. Il porte la mention : “Dédié à Daigyô Ajari Honshô-bô du Honnyo-zan Jô’enji du village de Kogusuri dans la province de Shimotsuke”. Depuis, ce Gohonzon était conservé au Jô’enji, mais il fut dérobé par le moine défroqué Sendô Narita et remis à la Sôka Gakkai qui a effacé le nom du destinataire et la date d’inscription.

 

Ainsi, en un peu plus de 10 ans, deux Grands Patriarches finirent par taper du poing sur la table, exaspérés des déviations doctrinales de Daisaku Ikeda. Pourquoi donc, lors de la première fois, en 1977, s’est il fait tout petit et s'est-il excusé devant le Dai Gohonzon de ses erreurs ? Tout simplement parce qu’alors, les membres de la Sôka Gakkai quittant l’organisation se contèrent par dizaines de milliers et qu’il avait compris que personne ne le suivrait dans sa folle entreprise. Par contre, à partir de ce moment, il mit au point avec minutie et patience une politique de lavage de cerveaux visant à détourner la foi des membres, jusqu’à ce qu’il comprenne qu’ils le suivraient tous « même en enfer s’il le fallait », selon leur expression.

 

Voilà un homme qui a publié tant de livres sans en avoir jamais écrit aucun (même le roman  « La révolution humaine », le soi disant "Gosho des temps modernes" a été écrit par Zentarô Shinohara, remplacé après sa mort par Kazuo Matsumoto). Un homme qui a fait tant d’expositions photos sans en avoir jamais pris une (à chaque fois qu’il fait mine d’en prendre une, c’est le photographe du Seikyô Shinbun de service qui la prend). Un homme qui a prononcé tant de discours, tous écrits par d’autres, dont Takashi Harashima, directeur du département d’étude. Un homme, parfait inconnu dans le monde, que les sommités ont daigné rencontrer uniquement par attrait pour la « valise diplomatique » contenant des millions de yens en argent liquide qu’il leur remettait (on fait une photo ensemble, on dine et c’est Yasuji Kirimura qui écrit les dialogues par la suite, à la place de Daisaku Ikeda et parfois de son interlocuteur). Voilà un homme qui n’était même pas dans les faveurs de Jôsei Toda qui préférait voir Tsuguo Ishida, son administrateur, prendre la tête de la Sôka Gakkai après sa mort. Comment donc, ce mythe monté de toute pièce a-t-il pu berner ainsi des millions de gens pendant si longtemps ?

 

Cette affaire restera sans doute l'une des plus grandes escroqueries religieuses de l'histoire.

 

Elle a commencé en 1965, lorsqu’en 4 jours, du 9 au 12 octobre, l’offrande pour le Shôhondô, bâtiment du temple principal devant abriter le Dai Gohonzon, faite par les moines, leur famille et les organisations laïques sur demande de Daisaku Ikeda, rassembla la somme vertigineuse de 35 milliards 536 millions 4 309 yens. A ce moment il a dû croire qu’il avait réalisé, à lui tout seul, la vaste propagation et que le Shôhôndô représentait le 3ème grand Dharma ésotérique, vœu de Nichiren Daishônin, dont il avait confié la réalisation à la postérité.

 

Si Daisaku Ikeda et son équipe ont pu ainsi influencer et mystifier tant de gens dans un pays bouddhique en leur imposant des théories relevant des voies extérieures, a plus forte raison cela fut-il aisé dans les pays occidentaux baignés de la culture judéo-chrétienne. La fameuse « loi de l’univers » n’est-elle pas un ersatz de Dieu représentant l’exacte antithèse de la doctrine bouddhique ?

 

Le Bouddha, le Dharma (la Loi) et la congrégation des moines sont les éléments les plus précieux, les plus importants pour toutes les écoles bouddhiques, au point où on les nomme « les trois trésors ». Pour la Nichiren Shôshû, les trois trésors sont Nichiren Daishônin (trésor du Bouddha), le Dai Gohonzon de la doctrine originelle (trésor du Dharma) et Nikkô Shônin, ainsi que ses successeurs à la charge de Grand Patriarche de l’école (trésor des moines).

 

Ces trois trésors étaient aussi ceux de la Sôka Gakkai à l’époque des présidents Makiguchi et Toda.

Or, aujourd’hui, objectivement, dans la réalité des faits, pour la Sôka Gakkai, le trésor du Bouddha est Daisaku Ikeda, le trésor du Dharma est les directives du président Ikeda et le trésor des moines est les membres de la Sôka Gakkai.

 

Pouvoir opérer cette substitution a demandé un long travail de reconditionnement du libre arbitre des membres par la modification cognitive, autrement dit, un lavage de cerveau, consistant à dévaloriser le Bouddha pour le rabaisser au niveau d’un homme ordinaire, déprécier le Dharma pour en faire une « loi de l’univers » synonyme de Dieu et jeter l’opprobre sur les moines afin les faire passer pour inutiles.

En occident, ce processus a été mis en œuvre par le biais des traductions.

 

Je voudrais apporter ici les preuves littérale et logique de ce que j’avance en faisant la simple comparaison entre deux traductions du Sutra du Lotus. Celle de la Sôka Gakkai et celle du professeur Jean-Noël Robert, titulaire de la chaire de Philologie de la civilisation japonaise au Collège de France, dont la compétence et l’honnêteté ne sauraient être mise en doute. Je commenterai également les commentaires de la Sôka Gakkai.

 

Puissè-je, malgré mon incompétence, jouer le rôle du petit garçon du Conte D’Andersen s’écriant « mais le roi est nu », afin que les gens ouvrent les yeux sur des vérités criantes qu’ils refusent pourtant de voir.

A suivre…

Les chapitres du Sutra du Lotus lus lors du Gongyô traduits et commentés par la NSF (Nichiren Shoshu Française - ancien nom de la Sôka Gakkai avant son excommunication), livre publié en 1979, époque où la Sôka Gakkai pratiquait encore le Gongyô de la Nichiren Shôshû.

Le Sutra du Lotus traduit du Chinois par Jean-Noël Robert, publié aux éditions Fayard dans la collection "l'Espace intérieur".

Ce livre contient la traduction des vingt-huit chapitres du Sutra du Lotus, suivi du Livre des sens innombrables (le Sutra des Sens infinis), sutra introducteur du Lotus et du Livre de la contemplation de l'être d’Éveil Sage-universel, sutra conclusif de la trilogie du Lotus.

Commentaires: 40 (Discussion fermée)
  • #1

    david grungrass (jeudi, 18 septembre 2014 11:39)

    C est sans appel!!! J attends la suite avec impatiente. Merci beaucoup!!

  • #2

    Daniel Moreau (jeudi, 25 septembre 2014 22:54)

    Une description caricaturale volontairement orientée contre la Soka Gakkai. L'auteur sait très bien que les choses ne se sont pas passées de cette façon.
    Cette interprétation mensongère sans apporter de preuves est malhonnète. Elle veut uniquement amener le lecteur à son point de vue. Je conseille à tous ceux qui lisent cet article de mieux s'informer et le cas échéant de rencontrer un membre de la Soka Gakkai pour entendre leur point de vue et se faire par eux-mêmes leur opinion.

  • #3

    david grungrass (lundi, 06 octobre 2014 13:16)

    M. Moreau,

    J ai "pratiqué" au sein de la Soka Gakkai pendant 7 ans. J y es rencontré des gens très sympathiques et intéressants. Seulement, voila... De mon point de vue, cette organisation n a pas grand chose a voir avec le bouddhisme. Pendant 7 ans, j ai évité de me contenter de l approche de M. Ikeda. Si j y suis resté, c était par défaut, croyant qu il n y avait "que" la Soka Gakkai. Mais finalement, j ai découvert et étudié l approche de différentes écoles se réclamant de Nichiren. Il faut dire aussi que j ai toujours été très mal a l aise avec la diffamation perpétuelle des moines (Nichiren Daishonin, Nikko Shonin ne sont ils pas des moines?). Les moines représentent le 3eme Trésor et consacrent leur vie a protéger et enseigner le Dharma. Plus précisément, le moine enseigne et le laïc diffuse. L un et l autre ont leur propre fonction. Mes recherches m ont amené a pratiquer devant le Gohonzon de la Nichiren Shoshu et, malgré cette méfiance entretenue depuis 7 ans, le résultat est sans appel. Je vous l accorde M. Moreau, l experience personnelle et l étude sont plus importantes pour se faire une idée que de se baser sur des rumeurs et les guerres de clochers. Seulement, pour moi, M. Ikeda s est volontairement éloigné du 3eme trésor, croyant incarner a lui tout seul des siècles de tradition et malgré un charisme hors paire, il ne peut rivaliser avec l esprit de recherche sincère de nombreuses personnes qui, comme moi, veulent VIVRE le précieux enseignement du Daishonin. A mon tour, M. Moreau, je fais appel a toutes personnes de la Soka Gakkai désireuses de se faire une opinion personnelle de rencontrer des membres de la Nichiren Shoshu.

    Bien cordialement.

  • #4

    Patrick Duquesnois (mardi, 14 octobre 2014 11:08)

    M. Grungrass, le temps et les prédispositions ne sont peut-etre pas encore réunies, pour que M.Moreau et d'autres personnes de la SGI puissent reconnaitre, en cette vie-ci, que la Nichiren Shoshu est l'unique école qui nous permet d'atteindre la boddhéité, sans changer d'apparence, en cette vie-ci, par la voie des trois trésors réunis en elle ! Le karma ! M. Grungrass, de chacun, est indéchiffrable par qui que se soit, sauf d'un bouddha ! Aucune critique ni jugement nous ne devons exprimer. Comme vous le dites, diffusons, meme avec notre peu de compassion. M. Moreau a lui aussi, un esprit de recherche ! Est-il, bien ou mal orienté ? C'est lui seul qui le découvrira par un échange sincère de coeur à coeur. Ce sont souvent les questions les plus simples qui nous amènent à réviser notre entendement. Polissons-nous mutuellement ! M. Moreau, peut lui aussi nous communiquer des éléments pertinents qui méritent notre écoute et notre réflexion ! Il peut aussi faire apparaitre notre maladresse à diffuser ! Et surtout ne laissons pas notre coeur devenir notre Maitre !

  • #5

    borney (lundi, 20 octobre 2014 16:34)

    Bonjour à toutes et à tous ! Si quelqu'un pouvait me renseigner sur la façon d'entrer en contact avec quelques membres de la Nichiren Shoshu, en France et/ou en Italie, je lui en serais très reconnaissante. Merci beaucoup !

  • #6

    ecolefuji (lundi, 20 octobre 2014 19:17)

    Bonjour Borney
    Je dirige le site de l'Ecole Fuji et pratique le bouddhisme de la Nichiren Shôshû depuis 44 ans.
    Vous pouvez me contacter directement à ecolefuji@free.fr.
    Cordialement
    Gérard

  • #7

    borney (mardi, 21 octobre 2014 13:23)

    Merci beaucoup M. Gérard. Je vous ai écrit un mail à l'adresse que vous m'avez indiquée. Cordialement.

  • #8

    ecolefuji (mardi, 21 octobre 2014 16:20)

    Bonjour Borney
    Je n'ai rien reçu
    Cordialement
    Gérard

  • #9

    Borney (mardi, 21 octobre 2014 20:13)

    Bonsoir M. Gérard,
    ci-de suite le message mail, posté ce matin à midi trente, que vous n'avez pas reçu. Merci !


    Bonjour M. Gérard !

    Merci beaucoup de votre prompte réponse sur le blog de votre site.

    Je vous avais envoyé un mail le 17 octobre, à 15h05', mais, apparemment, vous ne l'avez pas reçu.

    Je vais vous expliquer brièvement la raison du contact que j'ai sollicité : je connais les enseignements de Nichiren Daishonin depuis 1998, mais c'est seulement en décembre de l'année dernière, 2013, que j'ai pu obtenir le Gohonzon après une longue histoire que je vous raconterai à une autre occasion.

    Je suis très heureuse d'avoir le Gohonzon, mais j'ai quelques doutes à propos de certains aspects de la Soka Gakkai dont j'ai dû devenir membre pour obtenir le Gohonzon,

    Pour sortir de cette organisation, je crois être obligée de rendre le Gohonzon, mais je tiens à cet objet de culte.

    C’est pourquoi, ma question est la suivante : quelles démarches devrais-je suivre pour obtenir le Gohonzon par les biais des moins de la Nichiren Shôshû afin de pouvoir rendre celui que la Soka Gakkai m’a confié ?

    Habitez-vous Paris ? Y aurait-il la possibilité de se rencontrer et de parler de vive voix de cette question pour moi si importante ?

    Merci infiniment de votre attention.

    Cordialement

    Borney



  • #10

    ecolefuji (mardi, 21 octobre 2014 20:24)

    Bonsoir Borney
    Il s'agit d'une question fondamentale. Le Gohonzon est en effet la chose la plus sacrée dans l'enseignement de Nichiren Daishônin. Le Gohonzon est Nichiren Daishônin vivant. C'est le Bouddha et ce à quoi le Bouddha s'est éveillé. C'est le véritable aspect des choses.
    Vous comprendrez que je préfère vous entretenir de ces choses par un autre biais que celui du blog. Si vous avez une adresse mail où je peux vous écrire, je vous fournirai des documents expliquant à quel point le Gohonzon contrefait de la Sôka Gakkai est néfaste.
    Par ailleurs, j'habite dans la région parisienne et on peut en parler de visu.
    Bien cordialement
    Gérard

  • #11

    borney (mercredi, 22 octobre 2014 11:25)

    Bonjour M. Gérard,

    consciente du fait que la question est assez personnelle et un peu compliquée pour être traitée dans votre blog, j’avais essayé de prendre contact avec vous en vous envoyant deux messages e-mail urgents (le 17 et le 21 octobre) à l’adresse suivante : ecolefuji@free.fr, messages que vous n’avez pas reçus et dont la confirmation de lecture ne m’est pas parvenue.

    Vu que, pour le moment, l’unique façon de communiquer est le blog, par ce biais je vous donne mon adresse e-mail - borney@alice.it - dans l’espoir que nous puissions échanger sans l’engorger et en attendant, si vous le voulez bien, de pouvoir se rencontrer en France.

    Merci beaucoup.

    Cordialement

  • #12

    eurenio abou (lundi, 27 octobre 2014 12:20)

    je voudrais savoir en quoi est ce que le gohonzon de la soka gakkai est néfaste?
    comment obtenir le gohonzon le la nichiren shoshu? j'ai 10 ans de pratique.de nam myoho rengue kyo.
    mon adresse mail est le suivant : ab_canergie@yahoo.fr

  • #13

    borney (mercredi, 29 octobre 2014 11:19)

    Bonjour M. Gérard, je me vois obligée d'utiliser à nouveau le blog car je vous ai envoyé deux mails (le 25/10 à 11h36' et le 26/10 à 10h39'), sans obtenir de reponse. Puisque normalement vous repondez plutôt rapidement, je crains que vous n'ayez pas reçu lesdits mails.

    Merci!

    Borney

  • #14

    veronika (dimanche, 09 novembre 2014 17:26)

    Bonjour Gérard, je viens de lire l'explication que tu donnes de la destruction des Trois Trésors par la Sôka Gakkai et vraiment c'est parfait ! Personnellement je ne suis pas une érudite en matière de Bouddhisme mais j'écoute particulièrement mon "ressenti", mon coeur et c'est en pratiquant devant un faux honzon de la Sôka Gakkai que j'ai entendu/ressenti toutes les mauvaises voies qui s'en dégageaient (arrogance, avidité, ignorance) et pas une once de bouddhéité. Puis j'ai entendu les critiques (je dirai même les insultes) proférées contre le Grand Patriarche retiré Nikken Shônin et, là, mon coeur m'a dit "En critiquant le Grand Patriarche, ils critiquent le Bouddha... ils sont en train de détruire les Trois Trésors". C'est comme cela que j'ai su. Mais je préfère ta version car elle explique bien. Merci infiniment en attendant la suite.

  • #15

    Daniel Moreau (lundi, 10 novembre 2014 12:16)

    Merci David d'avoir répondu à mon message. Je trouve intéressant que vous ayez pratiqué dans la Soka Gakkai pendant 7 ans. Cela vous donne la possibilité de comparer notre manière de pratiquer avec celle de la Nichiren Shoshu. Vous évoquez beaucoup de points sur lesquels s'établit votre choix : la critique des moines, le respect des trois trésors et la question de l'objet de culte. Ce sont des points qui nécéssiteraient une discussion approfondie. Puisque vous partagez ma proposition de se rencontrer pour mieux s'informer et de se faire soi-même son opinion, je vous propose d'être les premiers à en prendre l'initiative. Aussi je vous laisse mon adresse personnelle pour prendre contact : danielmoreau@ymail.com
    Amicalement.
    Daniel Moreau

  • #16

    David Grungrass (mercredi, 12 novembre 2014 13:00)

    Veronika

    C est bien une question de ressenti! Pour ma part, il m apparaît maintenant que la Soka Gakkai est un survol du bouddhisme tant au niveau de l étude au au niveau de la pratique.
    Je pratique rarement devant le Gohonzon puisque je ne l ai pas encore reçu mais rien que pratiquer le Gongyo de la Nichiren Shoshu change toute la donne! Il demande cette plus de temps, mais sa profondeur est sans comparaison avec le Gongyo de laSoka Gakkai et bien-sûr, cette profondeur a deja créé en moi pas mal de changement et cela seulement en trois mois de pratique.
    Il en découle une confiance totale envers le Grand Patriarche et donc une Foi décuplée envers les enseignements du Daishonin.
    Cordialement

  • #17

    Cirimax (mercredi, 12 novembre 2014 17:39)

    Pour faire écho à l’article de Gérard Purec et concernant la Soka gakkai, il ne faut pas oublier qu’au départ la Soka suivait scrupuleusement les enseignements de la Nichiren Shoshu, et je dirais même avec un respect certain.
    Mais le temps passant, au fil des années la soka Gakkai imbue de sa puissance, de ses finances prodigieuses et du charisme de son dirigeant, s’est considérée petit à petit comme autonome et se mit à trainer les pieds quant aux enseignements de la Nichiren Shoshu tout en orientant progressivement les croyants vers une indépendance vis-à-vis des moines – idée séduisante, s’il en est, par les temps qui courent...
    Nombreux furent donc les membres à renier et abandonner aussi le Dai Gohonzon et la transmission sanguine (sans lesquels le Bouddhisme du Daishonin n’existe pas)
    Et tout la est là : dans la Sokagakkai, il n’y a plus la transmission sanguine et les Gohonzon ou plutot les « honzon » ne sont que des papiers montés en kakemono sans la moindre valeur, ce principalement à cause du fait que ces « honzon » n’ont pas reçu l’Ouverture des yeux devant le Dai Gohonzon, devenant ainsi véritablement le Bouddha.
    Quelle tristesse que de nombreuses personnes se soient laissées abuser de cette manière et à pratiquer un « rituel » qui n’en est pas un devant un faux mandala.

  • #18

    Cirimax (jeudi, 13 novembre 2014 18:29)

    A eurenio abou

    Vous dites : « En quoi est néfaste le Honzon de la Soka gakkai ? »
    Il faut bien savoir que la Soka gakkai est une organisation qui s’oppose à l’école Nichiren Shoshu et que dans ce sens, les faux honzon qu’elle produit sont le fruit de cette opposition.
    Ainsi, en s’opposant aux moines et au Souverain du Dharma, la Soka Gakkai s’oppose de fait au Bouddha lui même. Donc, s’opposer au Bouddha constitue la suprême offense et ce mandala est la matérialisation directe de cette offense.
    En un mot, c’est comme si l’on s’opposait soi-même au Bouddha en vénérant ce faux honzon. Les effets de cette « pratique » seront alors absolument néfastes, même si elle est sincère.
    C’est pourquoi il ne faut pas être négligeant quant au choix du Honzon, ce que Nichiren Daishonin dit lui-même.
    J’espère que cette explication saura vous éclairer et vous permettra d’avancer dans la voie correcte menant à l’éveil.

  • #19

    laure (vendredi, 16 janvier 2015 04:24)

    l'esprit du maitre fondateur a foutu le camp, l'administrateur developpe des concept qui n'ont rien avoir avec l'esprit de Nichiren;
    depuis la disparition de Nikko shonin; les moines ont toujours trahi l'esprit de Nichiren
    Comment de veritables opposant à l'enseignement de Nichiren peuvent apparaitre comme les gardiens de la loi?

  • #20

    Purec Gérard (vendredi, 16 janvier 2015 10:41)

    Bonjour Laure
    Puis-je me permettre de vous demander sur quelles preuves, sur quels critères vous fondez-vous, hormis les allégations de la Soka Gakkai, pour affirmer que "les moines ont toujours trahi l'esprit de Nichiren" Daishônin ? Avez-vous déjà mis les pieds dans un temple ? Avez-vous déjà discuté avec un moine ? A n'entendre qu'une seule partie, on risque fort d'émettre des jugements arbitraires et partiaux.
    D'ailleurs, si ce que vous dites était vrai, ça signifie que Nichikan Shônin fait aussi partie du lot. Alors pourquoi avoir adopté un de ses Gohonzon (volé) pour en faire votre objet de culte ? Ça signifierait que n'importe qui, à partir du moment où il sait écrire les idéogrammes chinois peut écrire un Gohonzon? Voilà qui fait peu de cas de l'esprit de Nichiren Daishônin. Ce même Nichikan Shônin avait pour maître Nissei Shônin, le 17ème Grand Patriarche, que la Soka Gakkai critique en particulier. Ce même Nichikan Shônin écrivait à la fin de son "Traité sur les trois vêtements de cette école", autrement dit en conclusion de ses "Traités en six volumes", que tous les Grands Patriarches étaient le trésor du moine. Que la Soka Gakkai prenne ce qui lui arrange et rejette le reste n'est pas une preuve honnêteté.
    Quand je vivais au Japon et que j'étais membre de la Soka Gakkai, je lisais ses journaux, dans lesquels il y avait souvent des réfutations d'autres écoles et sectes. Leur plus grand reproche et preuve de la non-validité de ces écoles et sectes était quelles changeaient souvent d'objet de vénération, puisque c'est la chose la plus importante. En effet, si cette chose la plus importante change sans cesse, rien n'a plus de sens. Or, n'est-ce pas ce que viens de faire la Soka Gakkai en reniant le Dai Gohonzon, alors que Monsieur Ikeda avait juré en 1993, après son excommunication que sa foi dans le Dai Gohonzon était indéfectible ?
    Je vous suggère de lire ce blog avec un peu de recul. Vous comprendrez alors que Monsieur Daisaku Ikeda a non seulement trahi l'esprit de Nichiren Daishônin, mais aussi celui de ses pairs, Messieurs Makiguchi et Toda. Je n'ai pas beaucoup d'espoir, mais essayez quand même.
    Bien à vous.

  • #21

    David Grungrass (vendredi, 16 janvier 2015 12:41)

    A Laure....

    Votre commentaire qui semble être un cri du Coeur mérite un approfondissement!

    Cordialement.

  • #22

    Louise (samedi, 07 mars 2015 01:41)

    Moi aussi durant 25 ans, j'ai pratiqué dans la Soka Gakkai, mais alors qu'au début il était clair ( 1975, en France, donc loin du Japon) que le Maître était Nichiren Daïshonin, les choses se sont peu à peu gâtées, à la fin, dernière grande réunion à laquelle j'ai assisté, il n'y en avait plus que pour le culte de la personnalité du nouveau Maître, le Président Ikeda.
    Puis j'ai entendu dire des horreurs sur le moines, et ai senti tellement de critiques venant de supposés bouddhistes, que j'en ai été très choquée.
    Je me suis donc rendue au Japon, au Temple Principal, pour voir les choses de mes propres yeux, et ai constaté beaucoup de manipulations et mensonges de la part des gens de la Soka Gakkai, et un harcèlement incessant dans la rue, devant l'entrée du Taisekiji, avec des haut parleurs, c'était une honte !!!
    De plus le Sho Hondo construit par la Soka Gakkai était en marbre, glacial et sentant l'humidité, les nouveaux bâtiment du Temple principal sont tous chaleureux et magnifiques, tout en étant sobres et élégants.
    Ca n'a pas été facile de quitter plein d'amis dans l'incompréhension, mais depuis que je retrouve le Moine et les pratiquants du Temple régulièrement, ma vie se renforce beaucoup dans la joie, et je me sens de plus en plus entourée de gens merveilleux, qui bien que n'étant pas tous bouddhistes comme moi, ont une très grande valeur, et il y a entre nous des relations de confiance, de respect et de protection mutuelle.
    Je prie tous les jours pour que les gens de la Soka Gakkai ouvrent les yeux et n'aient pas peur de troquer leur vie de simples mortels contre celle de sages...
    Oui, grâce aux difficultés, la fleur de Lotus est encore plus belle ! et merci à tous !

  • #23

    Purec Gérard (samedi, 07 mars 2015 07:19)

    Bonjour Louise
    Merci de ce témoignage. Votre esprit de recherche et votre courage forcent l'admiration.
    Vous habitez toujours au Japon ?

  • #24

    rené dassié (mardi, 17 mars 2015 12:47)

    Texte de pratique de la Soka Gakkai édité le Novembre 2013 et toujours vendu à la libre près de l'Opéra à Paris:
    Deuxième prière:
    "J'exprime mon plus profond respect et ma plus sincère gratitude envers le Dai-Gohonzon des Trois Grandes Lois cachées, qui a été légué au monde entier.
    J'exprime mon plus profond respect et ma plus sincère gratitude envers Nichiren Daïshonin, le bouddha de l'époque de la Fin de la Loi.
    J'exprime mon plus profond respect et ma plus sincère gratitude envers Nikko Shonin.
    J'exprime ma plus sincère gratitude envers Nichimoku Shonin."
    Quant à la "traduction du Sutra du Lotus" de la Soka Gakkai, elle a été réalisé par Burton Watson, dont l'honnêteté et la probité morale n'ont jamais été remises en question.
    Dans les centres de la Soka Gakkai, on trouve les trois traductions.
    Enfin, on attend toujours les éclaircissements et les excuses de la Nichiren Shoshu pour son attitude pendant la deuxième guerre mondiale.

  • #25

    Purec Gérard (mercredi, 18 mars 2015 07:30)

    Si en 2013, le texte de pratique de la Soka Gakkai demandait d'exprimer "son plus profond respect et sa plus profonde gratitude envers le Dai Gohonzon" et qu'il reste en l'état en 2015 alors que le président Harada a déclaré le 7 février de la même année que "désormais la Soka Gakkai ne considérait plus le Dai Gohonzon comme son objet de vénération fondamentale", on nage alors en pleine contradiction et confusion (la tête cassée en 7 morceaux). Si par contre il est modifié et que le Dai Gohonzon disparait des méditations, que ferez-vous alors ? Continuerez-vous à avaler docilement toute les couleuvres que les dirigeants de la SGI vous servent depuis l'arrivée au pouvoir de Daisaku Ikeda ?
    Quant à l'"attitude de la Nichiren Shoshu pendant la guerre", elle a été parfaitement expliquée dans le n° 1 de la revue "Le Bouddhisme de l'Ecole Fuji.
    Sachez, Monsieur Dassié que lorsqu'on fait un procès, ne serait-ce que d'intention, sans écouter toutes les parties, c'est que l'on fait simplement l'objet d'une manipulation mentale.
    J'ai moi-même vécu 7 ans au Japon. J'ai été un gentil membre de la Soka Gakkai, faisant tout ce qu'on lui disait de faire. Mais, parallèlement, j'allais également dans les temples écouter les sermons des moines. Alors, il 'est pas nécessaire d'être un grand boudologue mais simplement d'être un tant soit peu objectif pour voir que la Soka Gakkai n'a rien à voir de près ou de loin avec le bouddhisme et encore moins avec l'enseignement de Nichiren Daishônin.
    Ouvrez les yeux !!

  • #26

    prune (lundi, 23 mars 2015 22:48)

    bonsoir, je voudrais juste préciser que les premières personnes qui ont trahi Nichiren Daishonin étaient des moines justement (les 4 moines ainés) et Nikken a plus que tout trahi; et corrompu;comme quoi être moine ne garanti pas toujours un modèle d'éveil; démasqué par la soka gakkai, Nikken n'a pas apprécié; d'où une campagne médiatique mensongère pour détruire la soka gakkai; 25 ans plus tard le mouvement soka est encore plus reconnu; et comme dit Nichiren Daishonin, des trois preuves, théorique, littérale, la preuve factuelle est la plus importante! !!le traité le rissho ankoku ron , "Pacification du pays par l'établissement de la Loi correcte" représente la mission que la Soka Gakkai réalise en cohésion avec le bouddha fondamental Nichiren Daishonin; Mr Ikeda disciple de Mr Toda, met en pratique tous les enseignements de Nichiren Daishonin et du Sutra du lotus dans sa vie. Voyez son modèle d'humanisme devenu source d'inspiration pour des millions de personnes pratiquants et NON pratiquants! Bnne étude!

  • #27

    Purec Gérard (mardi, 24 mars 2015 14:45)

    Bonjour Prune
    En parlant d'étude, les moines qui ont "trahi" comme vous le dites Nichiren Daishônin n'étaient pas 4, mais 5. D'ailleurs, ils n'étaient pas les seuls, puisque les grands bienfaiteurs séculiers qu'étaient Shijô Kingo, Toki Jônin et les frères Ikegami les ont suivis. Comme quoi, la trahison n'est pas l'apanage que des moines.
    Finalement, seul Nanjô Tokimitsu est resté fidèle à Nikkô Shônin et lui a fait l'offrande du terrain qui allait devenir le Taisekiji, temple principal de la Nichiren Shôshû où est enchâssé le Dai Gohonzon, but de la venue en ce monde de Nichiren Daishônin. Dai Gohonzon qui a été l'objet de culte de la Soka Gakkai depuis sa création par le président Makiguchi et que monsieur Ikeda a déclaré continuer à vénérer en 1993, malgré son excommunication et qui en 2013 figurait toujours sur vos livrets de pratique. Or, au mois de février dernier, le président Harada a déclaré que "désormais, le Dai Gohonzon ne serait plus l'objet de culte de la Soka Gakkai". Quand on parle de trahison, vous devriez regarder devant chez vous et faire un peu le ménage.
    Quant aux accusations de tous les maux de la terre envers Nikken Shônin, tous les propos mensongers ou déformés de la Soka Gakkai ont fait l'objet de rectifications dans la revue de l'Ecole Fuji. Vous qui parlez d'étude, je vous encourage à ne pas lire qu'un côté des pages quand vous lisez un livre, mais les deux côtés. Autrement dit, avant d'avaler comme des vérités tout ce qu'on vous dit, faites votre propre opinion objective en allant voir comment ça se passe chez les autres. Les membres de la Sokka Gakkai qui ont fait cette démarche et qui nous ont rejoints se sentent tous libérés et ont une vision plus claire et sereine de la vie.
    J'espère sincèrement que vous en ferez partie.

  • #28

    David Grungrass (mercredi, 25 mars 2015 12:20)

    Bonjour Prune,

    Vous dites que la Soka Gakkai considère Nichiren Daishonin comme le Bouddha Fondamental et nous venons d apprendre qu elle renie le Dai Gohonzon. Comment cela est ce possible? Comment pouvez vous dire une chose pareille? La loi (le Dai Gohonzon) et la Personne (Nichiren) ne peuvent être dissociés. C est ce que j ai compris en étudiant avant meme de quitter la Soka Gakkai pour rejoindre la Nichiren Shoshu. Quand j allais au réunions mensuelles de Gakkai a Nantes, j étais toujours déçu. Je m attendais à apprendre le bouddhisme et ces nombreuses notions indispensables. Au lieu de ça, on me montrait des vidéos de Daisaku Ikeda en train de jouer du piano. Il en était de même aux réunions de discussions. Aucune notion n était abordé. Le coup de grâce m a été donné quand une "responsable" m a conté comment Ikeda est devenu son "maitre".... Elle lui a envoyé des chocolats et "il" lui avait renvoyé un cadeau! J'ai "pratiqué" 7 ans au sein de Gakkai et jamais je n ai eu l impression de vivre autre chose qu un "coaching" élaboré. Pour rejoindre Gerard Purec, je peux vous dire que la pratique au sein de la Nichiren Shoshu me rend chaque jour un peu plus lucide et surtout serein.bonne chance a vous

  • #29

    prune (samedi, 28 mars 2015 22:11)

    Bonsoir Gérard,
    rassurez-vous quand je lis un livre, je lis les pages en recto et verso! vous avez votre lecture de l'histoire et moi la mienne; mais sachez que jamais je ne rejoindrai votre école! Nichiren Daishonin n'y adhérerait pas non plus!
    Mr David, La SG n'a jamais dissocié la LOi de la personne; il y a toujours des réception de gohonzon,!conforme au Dai-Gohonzon! Vous semblez ne pas comprendre la mission de Mr Ikeda! c'est votre droit! mais sachez qu'il capital d'avoir un bon psychisme pour se faire une opinion objective !

  • #30

    David Grungrass (mercredi, 01 avril 2015 12:05)

    Bonjour Laure,

    Je ne pense pas avoir de problème psychique particulier mais je me demande simplement comment vous faites si la Soka Gakkai décide de ne plus prendre le Dai Gohonzon en tant au objet fondamental.de vénération???

  • #31

    David Grungrass (mercredi, 01 avril 2015 13:38)

    Prune,

    Je m excuse tout d abord pour m être trompé de prénom.
    Je ne sais pas si vous êtes au courant de ce changement de statut de la SG concernant le Dai Gohonzon. Comme vous le dites, chacun se fait son opinion et j ai eu 7 ans pour me la faire. En ce qui me concerne, c est sans appel! Sachez que je base mon opinion sur l experience que je fais du bouddhisme. Je vous encourage vraiment a étudier ses fondamentaux. Je ne dis pas que Daisaku Ikeda n a pas une "mission", je dis simplement qu il n a pas celle que vous lui accordez. Encore une fois renier le Dai Gohonzon c est ignorer Nichiren en tant que Bouddha Fondamental.... Ceci fait parti de fondamentaux.
    Bien vous

  • #32

    prune (dimanche, 05 avril 2015 11:41)

    Bonjour Grungrass, quand je vois comment vous déformez mes propos, je comprends mieux comment il est si facile pour vous de déformer les propos de la SGI; je vous confirme qu'il est important d'avoir un psychisme équilibré pour avoir une réelle objectivité; vous me semblez fragile à tout mélanger; Je ne peux continuer à partager mon point de vue avec vous; vous avez fait votre choix de pratiquer autre chose; vous avez le droit et je le respecte; bon chemin.

  • #33

    David Grungrass (dimanche, 05 avril 2015 17:55)

    Prune
    Je me demande en quoi j ai déformé vis propos. Je vous ai posé une simple question et vous ne m avez pas répondu. Je suis peut être "fragile" mais pas agressif ;).... Bonne route a vous

  • #34

    Martine (samedi, 02 mai 2015 12:11)

    Monsieur Purec, après avoir lu quelques passages de " vos explications et traduction" du Sutra du Lotus, je ne peux que vous conseiller de vous référer à la traduction correcte de Mr Dennis Gira, théologien chrétien, chercheur et spécialiste du bouddhisme. Cordialement.

  • #35

    prunier (lundi, 25 mai 2015 23:23)

    Autant Nichiren Daishonin prouve le Sutra du Lotus autant le Sutra du Lotus prouve Nichiren Daishonin.

  • #36

    Christophe (mardi, 02 juin 2015 08:57)

    Désolé pour mon erreur de manipulation due à la proximité de la touche "envoyer", mon message est parti avant d'avoir terminé...
    Nam Myoho Renge Kyo
    Christophe
    Pratiquant dans la Sokka Gakkai France depuis l'âge de 20 ans, soit presque 30 ans maintenant...
    Honte à Nikken pour sa trahison de l'esprit de Nichiren Daishonin...!
    Et gloire éternelle aux précieux enfants du Bouddha qui pratiquent tel que le Gosho l'enseigne Dans la Soka Gakkai...!

  • #37

    Christophe (samedi, 04 juillet 2015 18:53)

    M. Purec,
    Je vous invite également à "ouvrir les yeux" en relisant attentivement le Gosho...
    De préférence une version non censurée par la Nichiren Shoshu qui n'a pas hésité à en retirer certains passages par le passé afin de protéger ses intérêts...
    Vous comprendrez alors que c'est la Soka Gakkai qui a en tous points été fidèle à l'esprit de Nichiren Daishonin et a propagé son enseignement en parfaite conformité avec le Gosho et ce, pendant que les moines menaient une vie de luxure et de débauche en utilisant avec avidité les offrandes sincères des membres de la SGI...!
    Les moines de la Nichiren Shoshu se sont complètement dévoyés et ont trahi l'enseignement de leurs maîtres...
    Je vous plains sincèrement pour avoir choisi de les soutenir après avoir vous même été membre de Gakkai...
    Il n'est pas encore trop tard pour revenir sur votre décision et éviter ainsi d'avoir la tête brisée en sept morceaux et tomber dans l'enfer aux souffrances incessantes...
    De plus, si vous continuez à critiquer le président Ikeda comme vous le faites et essayez d'attirer à vous des membres de la Soka Gakkai, vos souffrances seront telles que vous n'aurez aucun répit pendant un grand nombre de kalpas

  • #38

    Christophe (samedi, 04 juillet 2015 19:00)

    M. Purec,
    Il y a certainement peu de chance pour que vous publiiez mon précédent message mais je tiens personnellement à vous faire des remontrances pour les articles mensongers et diffamatoires à l'encontre de la Soka Gakkai que vous publiez sur votre site...
    Quelle erreur vous faites et comme vous allez le regretter par la suite si vous ne changez pas d'attitude...!
    Seriez-vous donc le jouet, la marionnette du roi démon du 6ème ciel ?
    Apparemment oui...
    Vous aurez été prévenus...

  • #39

    Boddhisatva sorti de la terre (samedi, 04 juillet 2015 19:50)

    Qu'on se le dise M. Gérard Purec, les moines de la Nichiren Shoshu ainsi que tous ceux et celles qui servent leurs desseins sont des voleurs de la loi bouddhique...!
    Ils sont incapables de faire preuve de l'esprit de Jihi en propageant la loi bouddhique avec compassion dans l'esprit de sauver les autres...!
    Au lieu de cela, ils se contentent d'attirer à eux les membres de la Soka Gakkai sans faire aucun effort pour propager la loi...
    Dénigrer comme vous le faites le président Ikeda et la Soka Gakkai est la preuve de votre bassesse et de votre incompréhension totale de l'esprit du Daishonin...!
    Le président Ikeda a lutté au risque de sa vie pendant près de 70 ans maintenant afin de propager la loi et de réaliser Kosen Rufu dans le monde entier et mérite pour cela les plus grands éloges du Bouddha fondamental...!
    Il a protégé la Nichiren Shoshu pendant de nombreuses décennies et le Grand Patriarche Nikken (pas shonin du tout...!) l'a complètement trahi, nous a complètement trahi en décidant "d'excommunier" la Soka Gakkai...
    L'histoire jugera de l'attitude totalement indigne de la Nichiren Shoshu, fidèle en tous points à celle des cinq moines aînés à l'époque de Nichiren Daishonin...!
    La Soka Gakkai est la seule à avoir hérité de l'esprit de Nikko Shonin...!
    Prenez garde M. Gérard Purec et révisez votre jugement avant qu'il ne soit trop tard pour le faire et que vous ne regrettiez votre attitude pendant 10000 ans et plus...!

  • #40

    Bodhisattva sorti de la terre de Soka (lundi, 06 juillet 2015 11:09)

    M. Purec,
    Je vous invite également à "ouvrir les yeux" en relisant attentivement le Gosho...
    De préférence une version non censurée par la Nikken Shu qui n'a pas hésité à en retirer certains passages par le passé afin de protéger ses intérêts...
    Vous comprendrez alors que c'est la Soka Gakkai qui a en tous points été fidèle à l'esprit de Nichiren Daishonin et a propagé son enseignement en parfaite conformité avec le Gosho et ce, pendant que les moines menaient une vie de luxure et de débauche en utilisant avec avidité les offrandes sincères des membres de la SGI...!
    Les moines de la Nichiren Shoshu se sont complètement dévoyés et ont trahi l'enseignement de leurs maîtres...
    Je vous plains sincèrement pour avoir choisi de les soutenir après avoir vous même été membre de Gakkai...
    Quelle trahison envers le mouvement sans lequel vous n'auriez jamais pu rencontrer la loi bouddhique en France...!
    Les moines de la Nikken Shu ainsi que tous ceux et celles qui servent leurs desseins sont des voleurs de la loi bouddhique...!
    Ils sont incapables de faire preuve de l'esprit de Jihi en propageant la loi avec compassion dans l'esprit de sauver les autres...!
    Au lieu de cela, ils se contentent d'attirer à eux les membres de la Soka Gakkai en essayant, plus ou moins habilement, de les tromper sans faire aucun effort pour propager la loi eux mêmes...
    Dénigrer comme vous le faites le président Ikeda et la Soka Gakkai est la preuve de votre bassesse et de votre incompréhension totale de l'esprit du Daishonin...!
    Si vous étiez de véritables disciples du Daishonin, vous devriez plutôt le féliciter et admirer ses efforts du fond du cœur, comme l'a fait avant vous le grand patriarche Nittatsu Shonin dont vous avez complètement trahi l'esprit...!
    Le président Ikeda a lutté au risque de sa vie pendant près de 70 ans maintenant afin de propager la loi et de réaliser Kosen Rufu dans le monde entier et mérite pour cela les plus grands éloges du Bouddha fondamental...!
    Il a protégé la Nichiren Shoshu pendant de nombreuses décennies et le Grand Patriarche Nikken (pas shonin du tout...!) l'a complètement trahi, nous a complètement trahi en décidant "d'excommunier" la Soka Gakkai...
    L'histoire jugera de l'attitude totalement indigne de la Nikken Shu, fidèle en tous points à celle des cinq moines aînés à l'époque de Nichiren Daishonin...!
    La Soka Gakkai est la seule à avoir hérité de l'esprit de Nikko Shonin...!
    Prenez garde M. Gérard Purec et révisez votre jugement avant qu'il ne soit trop tard pour le faire et que vous ne regrettiez votre attitude pendant 10000 ans et plus...!

Nouvelles publications

Le Bouddhisme de l’École Fuji n° 125

Sermon du Grand Patriarche sur le chapitre Durée de la vie

Enfin, la véritable signification de Nam Myôhôrengekyô  enseignée par Nikken Shônin

Visiter

Depuis le 18/09/2014